Acidité gastrique : quelles solutions contre les remontées acides ?

Publié par : Gergana IvanovaGergana Ivanova 8 minutes

Inconfort et acidité gastrique, aigreurs, remontées acides… Ces désagréments de brûlures d’estomac légers ou modérés sont fréquents et leur prévalence semble être en augmentation. Ils sont habituellement traités par des médicaments tels que les antiacides, les inhibiteurs de la pompe à protons et les antagonistes des récepteurs de l’histamine-2. Pourtant, ces médicaments de référence contre les reflux peuvent ne pas être efficaces en cas de maladies non érosives. Tour d’horizon sur de nouvelles approches à explorer.

Acide chlorhydrique et acidité gastrique

Acide chlorhydrique, essentiel pour une bonne digestion

La forte acidité du milieu gastrique est due à l’acide chlorhydrique (noté H+, Cl-). Il est produit naturellement par les cellules pariétales de l’estomac. Ces dernières produisent chaque jour près d’1,5 litre d’acide chlorhydrique concentré et excrété par la pompe à protons (H+/K+ ATPase). Au sein de l’estomac, l’acide chlorhydrique joue un rôle majeur dans la décomposition des aliments, particulièrement les protéines, puis dans l’assimilation des nutriments. Il acidifie le bol alimentaire pour garantir l’efficacité des enzymes digestives. 

L’acide chlorhydrique, l’ennemi des bactéries

L’acide chlorhydrique est très acide. Il maintient le pH de l’estomac entre 0,8 et 4. Outre son action sur la digestion, l’acidité du milieu gastrique forme un environnement peu propice au développement des micro-organismes (bactéries, champignons…). De plus, son acidité permet de détruire les micro-organismes nuisibles pouvant s’infiltrer dans le corps humain avec les aliments.

Peu de bactéries réussissent à coloniser ce milieu très acide, et pourtant… John Robin Warren et Barry Marshall, deux chercheurs australiens, ont identifié une bactérie, Helicobacter pylori, nichée dans la paroi de l’estomac de plusieurs patients atteints d’ulcères de l’estomac. Cette découverte leur a valu le Prix Nobel de médecine en 2005. Cette bactérie est capable de survivre en milieu particulièrement acide. En effet, elle fabrique une protéine, l’uréase, qui transforme l’urée en CO2 et en ammoniac. Ce dernier neutralise l’acidité gastrique et augmente ainsi le pH du milieu.

Les mucines, des protéines clés dans la protection de l’acidité de l’estomac

Curieusement, l’acide chlorhydrique produit ne détruit pas l’estomac. Pour se protéger des sucs gastriques puissants qu’il sécrète, l’estomac sécrète un mucus qui protège sa paroi. Ce mucus est un gel qui contient des glycoprotéines, appelées mucines. Elles jouent un rôle important dans la réponse immunitaire puisqu’elles représentent la première ligne de défense innée chez les mammifères

Par ailleurs, les mucines dites gélifiantes sont des protéines complexes, issues de la recombinaison de plusieurs sous-unités codées par 5 gènes appelés MUC2, MUC5AC, MUC5B, MUC6 et MUC19. De ce polymorphisme résulte une très grande variabilité inter-individuelle qui explique pourquoi certaines personnes sont plus sensibles que d’autres à la sécrétion d’acide chlorhydrique.

Au-delà de ces facteurs génétiques, le stress, la consommation d’alcool et de tabac, un repas trop riche, le café ou la prise de médicaments peuvent aussi provoquer des brûlures et inconforts gastriques liés à une attaque de la muqueuse.

Quelles sont les causes des remontées acides ?

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est la remontée d’une partie du contenu gastrique dans l’œsophage. D’une part, il peut apparaître occasionnellement après un repas copieux le soir, la consommation d’aliments acides, d’aliments riches en graisses, de chocolat, de tabac ou d’alcool.

D’autre part, une défaillance du système anti-reflux est également parfois à l’origine des reflux gastriques. L’acidité du liquide gastrique irrite la muqueuse de l’œsophage et peut être responsable d’une inflammation de la muqueuse œsophagienne entraînant alors des brûlures plus fréquentes.

Quelles solutions pour lutter contre le reflux gastro-œsophagien ?

Les produits antiacides souvent utilisés en première intention pour réduire l’acidité de l’estomac ont un inconvénient majeur : ils augmentent pour la plupart le pH de manière trop importante, au-dessus de 3. Le milieu gastrique n’étant plus alors suffisamment acidifié pour mener à bien sa mission digestive, l’estomac réagit en sécrétant de l’acide chlorhydrique pour rétablir le pH à un taux inférieur.

Un vrai cercle vicieux se met en place. D’une part, la majorité des antiacides élèvent le pH, souvent de manière excessive. D’autre part, l’estomac répond alors par une augmentation des sécrétions acides.

De plus, il a été rapporté que les antiacides provoquent des effets secondaires, notamment des douleurs d’estomac, de la constipation, des nausées et des vomissements. De même, ils doivent être utilisés avec précaution par certaines populations, dont celles souffrant d’insuffisance rénale.

Le protéolysat de soja lactofermenté par lactobacillus delbrueckii et son action antiacide

La fermentation de la farine de soja produit des peptides. Ces derniers peuvent avoir des propriétés bioactives, en particulier dans la modulation de l’inflammation.

Une étude récente a exploré et évalué l’efficacité potentielle d’une supplémentation en soja fermenté au Lactobacillus delbrueckii sur la réduction des brûlures d’estomac et l’amélioration de la qualité de vie par rapport au placebo.

D’une part, la fréquence des brûlures d’estomac, de la diarrhée et des ballonnements s’est améliorée. D’autre part, les indicateurs de la qualité de vie (gêne occasionnée par la prise de médicaments, peur de manger, incapacité de se concentrer au travail, perturbation du temps de repos après les repas) se sont également améliorés. L’efficacité d’une prise quotidienne et d’une durée plus longue doit être étudiée.

Le soja lactofermenté par lactobacillus delbrueckii agit en modulant la synthèse d’interleukines pro-inflammatoires telles que l’IL-8. Leur réduction contribue à la diminution de l’inflammation et à la réparation de la muqueuse. Le soja fermenté spécifiquement par Lactobacillus delbrueckii inhibe l’action des protéases gastriques responsables de l’autodigestion de l’estomac, entraînant une amélioration des désagréments associés, selon des études cliniques.

Jus de pommes de terre, une solution traditionnelle pour éliminer Helicobacter pylori

Le jus de pomme de terre pourrait aider à éliminer la bactérie Helicobacter pilori, une bactérie en cause dans l'acidité gastrique.

Le rôle de Helicobacter pylori dans le reflux gastro-œsophagien est controversé. Si certains auteurs accordent à cette bactérie un rôle protecteur, d’autres ont montré qu’elle n’avait pas d’impact sur le RGO. De même, les études sur l’éradication de H. pylori en cas de maladie ulcéreuse sont là aussi discordantes : certaines montrent une augmentation des symptômes de reflux, pour d’autres une amélioration.

Le jus de pommes de terre est une alternative bien connue de nos aïeux pour soulager les problèmes d’estomac et surtout pour traiter les infections bactériennes provoquant des reflux gastriques. La pomme de terre contient de la solanine, un alcaloïde toxique. Mais c’est justement cette toxicité qui va s’avérer très efficace pour son action antibactérienne sur l’organisme.

Le lithothamne, une algue antiacide

Le lithothamne est une algue rouge calco-magnésienne, source naturelle de calcium et de magnésium. Les carbonates de calcium et de magnésium sont des minéraux connus pour leur capacité de tampon. Ils réagissent rapidement avec l’acide chlorhydrique pour diminuer l’attaque de la muqueuse et les inconforts engendrés.

Ils sont utilisés dans les compléments alimentaires pour diminuer les acidités et les aigreurs. Leur pouvoir alcalinisant participe à lutter contre l’acidité gastrique et les troubles associés : les reflux gastro-oesophagiens, les brûlures d’estomac…

Les alginates, un pansement gastrique redoutable

Les alginates sont des extraits d’algues brunes marines. Grâce à leurs propriétés gélifiantes, ils gonflent au contact de l’eau. Efficaces contre les reflux, ces algues forment un gel visqueux et protègent ainsi l’estomac et l’œsophage de l’acidité gastrique.

Il existe ainsi sur le marché de véritables alternatives aux antiacides “classiques”.

Retour aux actualités de Vitanutrics

Actualités

D'autres News

Les maladies mentales et la micronutrition

Afin de prévenir et lutter contre les maladies et troubles mentaux, la micronutrition constitue une solution nutritionnelle complémentaire et naturelle. Elle vise à corriger et optimiser le statut micronutritionnel de […]

Lire la suite

Endométriose : quel accompagnement micronutritionnel?

L’endométriose est une maladie gynécologique fréquente et complexe. Elle touche près de 10 % des femmes en âge de procréer à l’échelle mondiale, soit 176 millions de femmes dans le […]

Lire la suite

Un tour d’horizon sur le CBD ou cannabidiol

Le cannabidiol, plus communément appelé CBD, est devenu un sujet d’actualité dans les médias, en particulier dans le domaine de la nutraceutique. Souvent associé à la consommation de cannabis, le […]

Lire la suite

X