Facebooktwittermail

    Le brocoli et le diabète : encore une bonne raison de manger ce crucifère !

    Le diabète est une maladie chronique caractérisée par un taux de glucose sanguin trop élevé lié à un trouble de l’assimilation et du stockage des sucres provenant de l’alimentation.

    Le diabète est véritablement une maladie du siècle qui touche environ 5% de la population. Il en existe deux formes de type 1 et 2. Le diabète de type 1 (plus ou moins 6% des diabétiques) est généralement diagnostiqué chez le jeune enfant, l’adolescent ou le jeune adulte. Le diabète de type 2 (environ 92% des cas) quant à lui survient souvent plus tard, après 40 ans, et est le résultat d’une mauvaise alimentation, d’un surpoids et d’un manque d’activité physique chez des personnes prédisposées génétiquement.

    Le diabète de type 2

    Le diabète de type 2 est une maladie sournoise et silencieuse qui peut mettre 5 à 10 ans entre l’apparition des premiers signes et son véritable diagnostic. Cette phase réversible qui précède le diabète s’appelle le prédiabète. Si le diabète de type 2 possède une composante génétique, les facteurs environnementaux et alimentaires (épigénétiques) favorisent son apparition. 

    L’insuline sécrétée par le pancréas n’est plus efficace pour réguler la glycémie et cette résistance finit par épuiser le pancréas qui finalement ne parvient plus à produire suffisamment d’insuline. Le glucose reste dans la circulation et ne pénètre pas dans les cellules.

    Et vous ? Avez-vous des risques de développer un diabète de type 2 :

    http://www.preventiondiabete.ca/faites-le-test

    L’étroite relation entre le foie et le diabète

    Le foie est le siège du stockage du glucose sous forme de glycogène grâce à l’insuline. Mais lorsque l’apport en sucre (notamment à fort index glycémique) est trop important, ce sucre est transformé en graisses et plus spécifiquement en triglycérides. Ces graisses peuvent alors être stockées directement dans le foie et, si elles s’accumulent, être à l’origine d’une stéatose hépatique non alcoolique (les anglosaxons parlent de NAFLD pour « non alcoholic fatty liver disease »), qui n’est ni plus ni moins qu’un foie gras.

    C’est pourquoi, un diabète de type 2 peut provoquer des lésions hépatiques que ce soit à cause de son traitement médicamenteux ou par l’accumulation des triglycérides dans les cellules adipeuses du foie.   

    Mais inversement, un diabète de type 2 peut se développer suite à une maladie chronique du foie ou d’une NASH (ou stéato-hépatite non alcoolique) ou augmenter sa symptomatologie. En effet, selon Jafar et al. (2014)[1], les NASH et les hépatites alcooliques peuvent augmenter la résistance à l’insuline et, même dans certains groupes à risque, favoriser le développement du diabète.

     

    Le brocoli et le sulforaphane : une bonne nouvelle pour les diabétiques

    Une étude très récente[2] a mis en revue les différents principes actifs pouvant inverser le mécanisme du diabète. Le sulforaphane sort vainqueur de cette étude. Il semblerait que ce principe actif présent dans les crucifères pourrait diminuer la concentration de glucose sanguin à jeun et la concentration d’hémoglobine glyquée (doseur sanguin) chez des patients atteints de diabète de type 2.

    Il pourrait par ailleurs diminuer la surproduction de glucose par le foie, permettrait d’améliorer la tolérance au glucose et enfin de réguler la glycémie à jeun.

    Cette étude toute récente ouvre la porte sur de nouvelles perspectives pour la prise en charge des patients diabétiques. Il faudra encore de nouvelles études pour confirmer ces résultats mais le brocoli pourrait représenter dans le futur un thérapeute de taille pour le bonheur des patients !

     

    Et pourquoi pas lui ajouter un peu de Chardon Marie ?

    Le Chardon Marie est la plante la plus documentée et étudiée pour l’utilisation de ses principes actifs en phytothérapie.

    Il est reconnu que la silymarine que renferme le Chardon-Marie est l'une des substances hépatoprotectrices les plus puissantes. Même en médecine classique, on s'en sert pour la prévention et le traitement de divers troubles liés au foie : hépatite, cirrhose, calculs biliaires, ictère (jaunisse) et dommages hépatotoxiques. La Commission Européenne a approuvé, en 1989 l'usage de l'extrait normalisé à 70 % de silymarine pour traiter les intoxications hépatiques et, comme adjuvant, l'hépatite et la cirrhose du foie. En 2002, L’OMS reconnaissait sensiblement les mêmes usages.

    L’association silymarine et sulforaphane représente donc un duo de choc pour la prise en charge des troubles hépatiques et du diabète !

    C’est pour répondre à cette demande et en lien avec ces nouvelles études que nous avons conçu notre tout nouveau produit Vitadetox & Protect®. 2 gélules apportent 360 mg d’extrait liposomal de Chardon Marie et 40 mg d’extrait de Brocoli.

     

    N’hésitez pas à consulter la page produit du Vitadetox & Protect® pour toute information complémentaire ou achat en ligne :
    https://www.vitanutrics.com/produit/vitadetoxprotect/

    VITADETOX & PROTECT stimule la détoxication et protège le foie

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source :

    https://www.federationdesdiabetiques.org

    [1] Jafar et al. Maladies hépatiques chroniques et diabète. Rev Med Suisse 2014; volume 10.1254-1260
    2 Axelsson AS et al., Sulphoraphane reduces hepatic glucose production and improves glucose control in patients with type 2 diabetes. Science Translational medicine, 2017
    [1] Jafar et al. Maladies hépatiques chroniques et diabète. Rev Med Suisse 2014; volume 10.1254-1260
    [2] Axelsson AS et al., Sulphoraphane reduces hepatic glucose production and improves glucose control in patients with type 2 diabetes. Science Translational medicine, 2017