Facebooktwittermail

    La Tyrosine, une place considérable dans la prise en charge du TDA/TDAH chez l’enfant

    Une toute récente étude américaine vient secouer les médias et les consciences. Selon cette étude publiée dans le New England Journal of Medecine, les enfants les plus jeunes dans une classe sont plus susceptibles d’être diagnostiqués comme enfants souffrant d’un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité que les plus âgés. Les chercheurs concluent que les signes d’immaturité de ceux-ci sont confondus avec les symptômes du TDAH.

    Nous rebondissons sur cette nouvelle recherche pour vous présenter comment la neuro-nutrition apporte de réelle piste dans la compréhension et la prise en charge de ces enfants dont le diagnostic est de plus en plus fréquent. On estime actuellement que 5%[1] des enfants en âge scolaire présentent un TDA/H avec une tendance plus importante chez les garçons[2].

    Le TDA/H/I en quelques mots

    Le Trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité avec ou sans impulsivité est un trouble du développement qui débute au cours de la croissance impliquant des effets négatifs sur le comportement et qui mène à une altération significative du fonctionnement social, scolaire et de la qualité de vie.

    La plus grande cause semble être génétique (80 à 90% des cas) mais de plus en plus de données et d’études indiquent que certains déficits nutritionnels favorisent le développement d’un TDA/H/I chez les enfants prédisposés génétiquement. Apporter et favoriser une alimentation saine à son enfant est un enjeu que tout parent tente de mener à bien. Les effets néfastes du sucre ont été clairement mis à jour dans la société de consommation actuelle mais sa présence est encore trop présente dans notre assiette et même caché sous d’autre formes.

    Fort heureusement, il existe des nutriments qui peuvent réellement améliorer la concentration et apaiser l’agressivité et ce, en agissant sur les neurotransmetteurs clés impliqués et déficitaires dans le TDAH.

    [1] Polanczyk G, de Lima MS, Horta BL, Biederman J, Rohde LA. The worldwide prevalence of ADHD: a systematic review and metaregression analysis. American Journal of Psychiatry 2007;164(6):942-948

    [2] Waddell C, Offord DR, Shepherd CA, Hua JM, McEwan K. Child psychiatric epidemiology and Canadian public policy-making: the state of the science and the art of the possible. Canadian Journal of Psychiatry 2002;47(9):825-832

    La Dopamine : Motivation et concentration

    Notre cerveau, véritable énergivore est un des plus grands consommateurs de glucose pour mener à bien ses activités cognitives. Entre les repas, il utilise de bonnes graisses pour compenser le manque de glucose. Il est notamment très friand des oméga 3 pour constituer ses membranes et assurer une bonne transmission entre les neurotransmetteurs.

    Enfin, pour synthétiser les neurotransmetteurs, notre cerveau a besoin de protéines et ce plus particulièrement pour synthétiser la dopamine dont un dysfonctionnement de fabrication peut mener à développer un TDA/H/I. La dopamine joue un rôle important notamment dans la motivation, la concentration et la mémoire.  

    En pharmacologie classique, le traitement médicamenteux du TDA/H/I tente de ralentir l’élimination de la dopamine avec les effets secondaires et indésirables qui en font toute leur polémique.

    L’intérêt de la Neuro-nutrition est d’apporter les nutriments nécessaires pour favoriser une bonne synthèse de dopamine à savoir la Tyrosine principalement. La tyrosine est un acide aminé qui se retrouve dans des compléments alimentaires mais aussi dans l’alimentation comme par exemple dans le parmesan, les lentilles et fèves, les viandes, le saumon et les volailles, les graines de courges, etc.

    Le fer est un cofacteur de la tyrosine pour synthétiser la dopamine et il faut donc veiller à sa présence en cas de supplémentation.

    La sérotonine et la sérénité

    Encore, un neurotransmetteur intéressant dans la prise en charge du TDA/H/I : la sérotonine ou hormone du bien-être. Elle est impliquée surtout chez les enfants impulsifs, agressifs et davantage oppositionnels.  Un apport en protéines le matin et en tryptophane, acide aminé précurseur de la sérotonine vont améliorer la synthèse de ce neurotransmetteur clé. Il faut aussi veiller à la présence de cofacteurs à savoir le fer, le magnésium, le zinc (très bon marqueur chez les enfants TDA/H/I) et les vitamines du groupe B. Les sources en tryptophane sont à nouveau les aliments riches en protéines comme les viandes, volailles et poissons mais aussi les oléagineux, graines de lin et courge et produits laitiers.

    Enfin, il existe souvent une inflammation de bas grade qui explique le défaut en sérotonine à laquelle il faut veiller et qui est souvent présente chez les enfants TDA/H/I.

     

     

    En résumé, l’alimentation joue un rôle primordial chez l’enfant TDA/H /I et notamment le matin, où il faut favoriser :

    • L’apport en protéines pour une meilleure concentration à l’école. N’hésitez pas à lui proposer : des œufs, du houmous, du tarama, des rillettes de poissons (saumon, thon), du jambon, du fromage
    • Des bonnes graisses de type Oméga 3 que vous trouverez dans les noix, les amandes, les rillettes de poissons, ou du VitaPL3 phospholipides marins®
    • Des sources de tryptophane pour inviter au calme et à la sérénité et contrebalancer l’impulsivité et l’agressivité : lait de vache, de chèvre, de soja (pas tous les jours), yaourt sans sucre.
    • De l’eau à profusion

     

    Vitasynergie l'anti-fatigue intelligent à base de tyrosineVous pouvez aussi Vitaminer l’attention de votre enfant avec Vitasynergie qui contient 200 mg de L-Tyrosine et peut être donné aux enfants (chez les moins de 7 ans, n’hésitez pas à ouvrir la gélule et la mélanger à un aliment pour faciliter la prise).

     

     

    https://www.vitanutrics.com/produit/vitasynergie/

    Coup de cœur :

    Le menu qui améliore votre attention

    https://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/bien-dans-son-age/pendant%20les%20examens/comment-manger-pendant-les-exams-/le-menu-qui-ameliore-votre-attention

    Sources :

    https://www.tdah-france.fr
    Timothy J. Layton (2018) « Attention Deficit–Hyperactivity Disorder and Month of School Enrollment »
    New England Journal of Medecine novembre 2018; 379:2122-2130
    www.medipage.info/brain
    Polanczyk G, de Lima MS, Horta BL, Biederman J, Rohde LA. The worldwide prevalence of ADHD: a systematic review and metaregression analysis. American Journal of Psychiatry 2007;164(6):942-948
    Waddell C, Offord DR, Shepherd CA, Hua JM, McEwan K. Child psychiatric epidemiology and Canadian public policy-making: the state of the science and the art of the possible. Canadian Journal of Psychiatry 2002;47(9):825-832.