L’oxyde d’éthylène : une substance particulièrement dangereuse

Publié par : Ludovic RondiniLudovic Rondini 4 minutes

De l’oxyde d’éthylène a été retrouvé comme contaminants de certains aliments. Comment s’en protéger?

Qu’est ce que l’oxyde l’éthylène ?

L’oxyde d’éthylène est un composé chimique synthétisé pour la première fois en 1859. Il a largement été utilisé durant la première guerre mondiale pour fabriquer du gaz moutarde. Mais c’est à partir de 1938 que son usage s’est largement répandu. En effet, le composé est breveté en tant que substance stérilisante.  L’oxyde d’éthylène gazeux a dès lors été utilisé comme biocide (substance qui tue les bactéries) et comme fongicide (substance qui tue les champignons et les moisissures).

C’est pour cette raison que l’oxyde d’éthylène est utilisé pour la désinfection des containers en provenance d’Asie.

En revanche, son utilisation est tout simplement interdite en Europe.

Alerte sur l’oxyde d’éthylène : rappel des faits

Depuis septembre 2020, les autorités belges ont tiré la sonnette d’alarme et averti tous leurs homologues européens suite à la détection d’oxyde d’éthylène présent en quantité trop élevée dans des graines de sésames importées d’Inde.

Depuis, les analyses ont été étendues à d’autres denrées et origines géographiques. Le constat a été le suivant : les teneurs en oxyde d’éthylène dépassent largement la limite autorisée dans de nombreux produits et ne concerne pas uniquement ceux à base de sésame.

Ainsi, des denrées en provenance de Chine et du Vietnam sont également concernées par cette contamination.

Quels sont les risques d’une contamination à l’oxyde d’éthylène ?

Les conséquences d’une exposition ponctuelle à l’oxyde d’éthylène sont multiples : maux de tête, convulsions, voire coma. C’est aussi un produit irritant pour la peau et les poumons.

Mais, si le risque d’une exposition ponctuelle est limité, il n’en est pas de même pour la contamination des denrées alimentaires. En effet, leur contamination est plus fréquente et les effets ne sont pas immédiatement visibles.

Les conséquences peuvent aller de la cataracte (une maladie des yeux conduisant à la cécité), à des mutations dans l’ADN, des risques de fausse-couche, de malformations ou encore des cancers. D’ailleurs, l’oxyde d’éthylène est classé cancérogène de catégorie 1B, c’est-à-dire « présumé ». Cette substance est donc très fortement soupçonnée d’être cancérogène.

La limite autorisée est de 0,05 mg/kg (règlement CE n°396/2005). En comparaison, la teneur d’oxyde d’éthylène retrouvée dans les graines de sésame dépassait de 100 fois cette limite.

Quels sont les produits touchés par la contamination?

Initialement, seules les épices étaient concernées, mais l’analyse des dosages a révélée que le dépassement de la teneur autorisée touchait de très nombreux produits. Les épices et les plantes sont largement utilisés dans l’industrie agroalimentaire.

Ainsi, les autorités ont ordonné le rappel de nombreux produits : produits apéritifs, biscottes, biscuits sucrés, céréales, chocolats, fromages, glaces, plats préparés, thés et cafés, huiles et sauces mais aussi certains compléments alimentaires.

En effet, ces derniers renferment des plantes susceptibles de contenir des bactéries, levures et moisissures qui sont parfois traitées par l’oxyde d’éthylène. Le Curcuma est de loin l’ingrédient qui a engendré le plus de rappels. Récemment, l’oxyde d’éthylène a également été détecté dans des gélules fabriquées au Vietnam.

Actuellement, la liste des denrées contaminées et des rappels ne cesse de s’amplifier.

Quels sont les contrôles effectués par Vitanutrics?

Contrairement à de nombreuses sociétés, nos produits n’ont fait l’objet d’aucun rappel. Nous réalisons régulièrement des contrôles qualité et, dès le début de l’année, nous avons intégré le dosage de l’oxyde d’éthylène dans nos plans de contrôle.

Chaque lot de nos produits contenant du Boswellia, du Curcuma ou de l’Ashwagandha a été analysé.

Nous tenons d’ailleurs ces bulletins d’analyse à disposition de nos partenaires et clients.

Quant à nos gélules végétales, elles sont fabriquées en France et ne sont pas concernées par cette contamination. Pour en savoir plus sur nos procédés de fabrication et nos contrôles qualité, nous vous invitons à consulter notre charte qualité.

Nos conseils pratiques

  • Ne consommez pas d’épices qui mentionnent une date de production antérieure à 2021. Si vous avez des « vieux » pots à épices dans votre cuisine, jetez-les !
  • Consultez ces sites pour vous informer sur le rappel des produits :

Retour aux actualités de Vitanutrics

Actualités

D'autres News

TDAH chez l’enfant : quel est l’intérêt de la micronutrition ?

Le Trouble De l’Humeur et de l’Attention (TDAH) est un trouble du neurodéveloppement, complexe et difficile à repérer. Il touche environ 3% des adultes  et 5,9% des enfants d’âge scolaire […]

Lire la suite

Accompagnement et prévention de la maladie d’Alzheimer par la micronutrition

La maladie d’Alzheimer est la maladie neurodégénérative la plus fréquente dans le monde. (1) Elle forme la première cause de démence et représente 60 à 70% des cas (2). Elle […]

Lire la suite

La micronutrition au cœur de la santé bucco dentaire

Notre santé passe par notre assiette. Et cela vaut aussi pour notre santé bucco-dentaire ! En effet, si certains aliments ont la réputation de pouvoir endommager les gencives et fragiliser […]

Lire la suite